Quelle durée pour se remettre d’un pervers narcissique ?

Il faut compter entre 3 et 7 ans après la prise de conscience. Tout dépend de la durabilité de l’emprise de manipulation subie. Plus cette dépendance est longue, plus il faudra de temps pour se reconstruire. Voir lien : http://pervers-narcissique.blogspot.com/2007/11/peut-on-se-remettre-dun-amour-toxique.html

44 commentaires:

  1. Bonjour,
    je suis une jeune femme de 22ans je viens tout juste (quelques jours) de faire ma prise de conscience sur qui est réellement mon père, j'ai eu quelques prises de conscience à l'adolescence qui m'ont permise de m'éloigner de lui mais à chaque fois je regrettai, culpabilisai et retournai vers lui tant j'avais le besoin de son approbation et surtout de son amour et en effet peine perdue!!!
    Aujourd'hui je suis en plein choc, j'ai détruit ma mère à cause de lui, j'ai eu une adolescence des plus atroce, violente et chaotique possible.
    Ma mère qui à toujours cru en moi me pardonne et aujourd'hui nous sommes l'une pour l'autre un soutien indéfectible.
    Vous dites qu'il faut de 3 à 7ans pour se reconstruire. Cela m'effraye... Je me sens vidée, cassée, et je ne pense qu'à une chose me venger de cet être immonde qu'est mon père.
    Je me suis détruite et j'ai servi d'arme contre la personne que j'aime le plus au monde (ma mère), la liste est trop longue pour tout expliquer...
    Faut il vraiment minimum 3ans pour aller mieux? et comment aller mieux? j'ai déjà perdu 22ans de ma vie, alors de 3 à 7ans de souffrance encore je ne sais pas si je pourrai le supporter.
    J'ai des envies de meurtres, je veux qu'il souffre comme ma mère et moi avons souffert (ma mère s'est séparée de lui quand j'avais 3ans mais ça ne lui à pas empêché de nous détruire...)
    aidez moi svp j'ai peur de devenir folle si je ne le suis pas déjà...

    RépondreSupprimer
  2. Votre message à été transféré dans le Forum Pervers narcissique (Forum de anonyme du 3 févier 2012.

    Merci de votre compréhension.

    L'administratrice

    RépondreSupprimer
  3. J'ai 14 ans et je souffre comme ma mère et mon frère de la perversité de mon père, je n'ai jamais étais heureuse et je sais pas comment cette situation dans laquelle je vis va évoluer, au moment où je suis entrain d'écrire ce texte, j'ai encore une fois subis ses manipulations et il m'a même battu. Je n'en peu plus, ma mère est déjà détruite, mon frère a des problèmes psychologique et scolaire et moi je suis hyper nerveuse, on est tous détruit et je n'ai personne à qui me confier de peur d'être juger. Pourtant à l'école, je suis vue comme une fille toujours souriante, rigolote et studieuse. En réalité, à chaque fois que je subis la perversité de mon père, j'essaye de me confier en parlant comme si j'étais devant une personne et je pleure de toute mon âme et puis j'oublie et c'est toujours comme ça. Il faut oublier, faire de tout son mieux pour vivre correctement et quitter ces êtres immondes à jamais. En tout cas moi, je travaille dur au lycée, j'ai d'excellente, je veux avoir un avenir brillant et je compte bien en l'avoir pour de bon, ensuite j'irai avec ma mère et mon frère quelque part et j'essayerai de rattraper le temps perdu. Je dis ça mais peut être que je serai déjà morte.

    RépondreSupprimer
  4. Si tu es d'accord Anonyme (qui a 14 ans ) on pourrais parler en messagerie instantanée?
    Moi j'ai 20 ans bientot, et je connais ce que tu as vécu par coeur. J'aimerais te parler de mon évolution, comment je m'en sort tout ça, pour te donner espoir.

    Je trouve qu'a 14 ans tu sais déjà que ton père est un PN, c'est formidable, tu va donc pourvoir commencer plus tot que moi ta reconstruction, mais ca va etre dur car tu habite chez tes parents...

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour,

    Pour ne pas faire une tartine, je vais dire que ma relation a prit fin en 2008. Je suis restée mal jusque décembre 2012 avant d'entendre parler de "pervers narcissique" et de comprendre enfin que tout le mal être que j'avais, ne venait pas de moi, que je n'étais pas folle, que tout venait de lui.
    Enfin depuis j'ai prit conscience de pas mal de choses, du lavage de cerveau que j'ai subi malgré le sacré caractère que j'ai. Je pense que ma détermination à vouloir faire des études m'a sauvé. Grâce à ça il m'a laissée tomber pour un nouvelle proie.

    Enfin, depuis je vais de mieux en mieux. J'en parle enfin, car ça aide malgré tout. Mais je commence à bloquer, je sens qu'il y a tjs une part de lui en moi. Et je me demandais si des personnes qui sont arrivées à s'en sortir pour de bons, pouvaient me dire si elles ont fait une thérapie.. Est ce que c'est vrm nécessaire? Car je lis pas mal, ça m'ouvre tellement les yeux. Je suis prête à aller voir un spécialiste mais, s'il y a d'autres recours je suis preneuse.. Surtout que l'affaire va passer en justice. Je veux être moins vulnérable. Et guérir le plus vite possible, ça fait 5 ans et demi..

    RépondreSupprimer
  6. Je suis une victime... mais il m'a fallut plus de 4 ans pour m'en apercevoir. Je vis, ou plutôt, je survie depuis 10 ans et quelques mois avec "cette chose" qui me détruit et m'humilie, me casse en mille morceaux, me brise, me tue petit à petit. Je dois frauder la caf à cause de lui, car sinon, il me laisse crever de faim. J'ai quitté mon travail à l'époque pour lui (quelle énorme erreur). J'ai peur, et je suis prise au piège. Je souffre énormément.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fuyez,fuyez vite.
      Recherchez à nouveau du travail. D'abord parce que vous en avez le droit et qu'en plus vous allez rencontrer d'autre personnes et vous rendre compte que vous êtes vraiment quelqu'un de bien :-)
      Ne lui parlez pas de votre recherche, ce sera votre première victoire sur lui, votre premier acte d'automie, depuis que vous êtes sous sa coupe :-)
      vous redeviendrez indépendante financièrement et pourrez faire ce que vous voulez de VOTRE VIE :-)
      Et surtout, n'oubliez pas que lui n'est rien qu'une coquille vide et vous magnifique !!!

      Supprimer
  7. Je ne sais pas par ou commencer.
    J'ai ete terriblement con, je crois que c'est la chose la plus "vraie" a dire. Parce qu'il etait beau, j'ai tout sacrifie et je nous ai cree une vie de reve... que je financais.
    Oh, bien sur, il lachait ca et la des bribes pour entretenir le reve mais a la froide lueur de la raison, apres trois ans et un autre pigeon qui roucoule aussi connement que moi a l'horizon, on finit par se rentrer la verite dans le crane, meme si elle rentre a coups de hache.
    Comment on se sent? Comme une merde delaissee ou plus poetique, un citron presse jusqu'au zeste.
    Il n'y a pas grand chose finalement a dire ou ecrire. En parler fait du bien, specialement si on realise qu'on est encore gaga du Grand Mechant Loup et qu'on pourrait si aisement replonger. Mais le Grand Mechant Loup est dans la finance et une fois le citron trop pauvre, on va au verger voisin.
    Il y a une certaine force a degager de notre faiblesse. Ele vient lorsqu'on accepte qu'on s'est fait avoir et qu'on ne peut pas se venger, car la vengeance entraine le lien et tous liens avec ces monstres retardent le processus de guerison.
    On ne peut pas leur rendre les coups. On ne peut que se tirer et reprendre sa vie. Il y aura toujours une certaine mefiance, une cicatrice et des moments de larmes et de doutes. Mais au fond, il faut celebrer le fait d'etre encore en vie loin de ces tue-l'amour qui n'en veulent qu'a nos portefeuilles et nos ames.
    Il faut se battre chaque heure, puis ces heures deviennent des jours et puis parfois des semaines. La douleur on la garde pour toujours, et parfois l'amour aussi. Mais il faut se convaincre que c'aurait ete mille fois pire avec que sans.
    Le pervers vous vend un reve. On s'accroche a ce reve parce qu'il correspond a nos desirs. Mais ce n'est qu'un reve, qu'une chimere sans fondement qui s'ecroule de temps en temps parce que le pervers ne peut pas le maintenir tout le temps.
    On garde la nostalgie, on le gout amer de s'etre fait couillone et des envies de meurtres parce qu'on a ete meurtris mais on vit.
    Et on vit bien mieux parce loin des nuages noirs qui couvraient nos propres reves, nos propres envies.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Jean Claude pour votre témoignage. J'en comprends chaque mot pour avoir été une "orange pressée" pendant 5 ans.

      Supprimer
    2. Je rejoins Marina, merci Jean-Claude pour ce texte terriblement juste qui pose des mots vrais sur une réalité difficile à accepter. Je me retrouve mot pour mot dans votre témoignage pour avoir vécu un drame similaire qui m'a brisée et détruite.
      Partager nos souffrances en tant que victimes aident à se relever doucement, comme une lueur d'espoir. merci.

      Supprimer
  8. Je suis tout juste dans la prise de conscience. J'espère que ça prendra moins de temps que ça pour s'en "sortir" mais je doute là quand je vois comme je ne suis plus que l'ombre de moi même.
    C'est pas faute de ne pas avoir vu venir. Chaque crise je me disais, faut que ça cesse. Mais tel le serpent du livre de la jungle, je me suis laissée entortiller. Je suis en colère contre moi, juste contre moi. C'est un début pour avancer, non ?
    Ma thérapie ? la seule que j'ai trouvé pour le moment (je n'exclue pas le fait que j'irai voir un psy s'il le faut) écrire dans un blog que je viens juste de créer. Mettre par écrit tous mes ressentis, mes humeurs, mes réminiscences, pouvoir revenir dessus, lire et "accepter" pour "oublier" et surtout ne plus revenir vers lui.
    "jean-claude" c'est très vrai ce que tu écris.

    RépondreSupprimer
  9. je suis dans la meme situation, victime d'un pervers narcissique, je me suis fais avoir tout au long de notre relation, mensonges, rabaissement, ... un veritable enfer vecu pendant 7 ans. j'ai réussis a le quitter il y a 3 mois mais je suis actuellement sur la phase de reconstruction. c'est tres difficile, je souhaite tellement que cette tristesse et en meme temps cette colère disparaissent au plus vite. Mais pour confirmation, pour celles et ceux qui sont encore sous l'emprise d'un PN, un conseil, si vous le pouvez, quittez le au plus vite !!

    RépondreSupprimer
  10. Merci à tous et et à toutes de vos témoignages....moi voilà trois ans que je m'en suis sortie en le quittant. Je commence juste à me retrouver et aller mieux mais je reste toujours sur mes gardes. J'ai compris ce qui m'étais arrivée. Oui il faut du temps pour se reconstruire et reprendre confiance en soi. La cicatrice reste ce qui explique ma présence dans ce site, un truc comme ça ne s'oublie pas facilement..pour ceux et celles qui sont encore avec un PN , trouver le moyen de quitter cette relation qui ne vous apportera rien au final. meilleures pensées à toutes et tous. Lilas

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour à toutes et à tous! Pour ma part j'ai soufflé une 2ème bougie : cela fait 2 ans que j'ai quitté mon PN. J'ai pris conscience très tôt que qqchose clochait sans pouvoir mettre un nom sur ce que c'était. Mon calvaire a duré 3 ans, mais j'ai eu la chance de tomber sur une preuve concrète, une preuve écrite de sa propre main de ses fautes (pas de bol pour lui il a fait l'erreur de me sous-estimer). Cette fois-ci il n'a pas pu me la faire à l'envers (ils savent si bien le faire n'est ce pas)et j'avais enfin une bonne raison de le quitter. Inutile de vous dire qu'il a pété les plombs. Une autre de ses victimes (oui on était 6 en simultané) consultait un psy et c'est elle qui m'a parlé du pervers narcissique, je n'avais jamais entendu parlé de ça. Cela faisait alors 6 mois qu'on était séparés. J'ai beaucoup lu sur le sujet et j'ai enfin pu comprendre ce qui m'était arrivé. C'est à partir de ce moment là que j'ai pu commencer à me reconstruire. Ca a été un combat de tous les jours contre moi même et mes angoisses mais au fil du temps j'ai retrouvé mes repères. L'entourage est important dans cette phase de reconstruction, mais même bien entourée on se sent malgré tout incomprise et seule. Ce qu'on a vécu est tellement particulier... c'est pourquoi moi aussi je suis là aujourd'hui comme Lilas. Aujourd'hui il m'arrive encore de craquer (et oui lutter non stop c'est épuisant), mais quand cela arrive j'ai l'impression de le laisser gagner encore et l'idée m'est tellement insupportable que je reprends vite le dessus. Enfin le point positif de cette histoire : il m'a tellement poussée dans mes retranchements qu'aujourd'hui je me connais bien. Il y a qques temps je me disais que j'étais faible. Aujourd'hui je sais qu'au contraire j'ai été très forte et aujourd'hui je le suis plus que jamais. Je connais la meilleure part de moi-même comme la plus sombre. Je sais ce que je veux, ma vision de la vie a bien changée et je suis capable de savourer tous les petits bonheurs de la vie aussi insignifiants soient-ils, des choses auxquelles je ne faisais même pas attention avant. Mon petit cœur a été longtemps anesthésié, aujourd'hui toutes mes émotions sont un peu exacerbées (ce que je trouvais gênant au début), mais au moins je sais que je suis vivante! Et depuis, j'ai fait de belles rencontres, des gens formidables, je vis ma vie à fond. Courage à toutes, le chemin est long, mais le bonheur à la clé en vaut la chandelle...Marilou

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Marilou ! Merci pour tes paroles qui me rappelle bien des choses difficiles à oublier. Courage à toi, ça va aller. Je viens de réaliser le teste SOS pervers sur le net, mon score obtenu est de 733 sur 920. Je comprends que j'ai eu affaire à un pervers à 80 % . Je n'en reviens toujours pas comment j'ai pu être aussi naïve. Je dois encore me pardonner car je regrette d'avoir été dupée en amour. En plus je le sentais dès le début que quelque chose clochait. Suis restée 3 ans avec lui ( je croyais qu'il changerait ...)puis cette merveilleuse prise de conscience , difficile mais ça m'a sauvée de le quitter. Mon estime de moi est remontée depuis mais j'ai des kilos en trop à cause de ce que j'ai vécu...et trois ans après j'y pense encore à ce traumatisme. Oui le chemin est long mais la vie en vaut la peine, s'en sortir et puis voilà. Belles pensées à toi Lilas.

      Supprimer
  12. Bonjour à tous,

    J'ai 32 ans, et j'ai pris conscience il y a quelques mois que mon père était un pervers narcissique... Je savais depuis bien longtemps qu'il y avait un gros problème avec lui, et je pensais m'en libérer en quittant la maison familiale... J'ai beaucoup travaillé pour décrocher un beau diplôme et j'ai pris ce que j'appellerai un pseudo-envol... Je gardais certaines grosses difficultés (un important manque de confiance en moi, et plus profondément du mal à savoir qui j'étais vraiment, à faire mes propres choix et mes propres projets...)Je portais aussi au fond de moi une grande tristesse d'enfant "maltraitée" et une grande solitude... J'avais enfin de grosses difficultés dans les rencontres amoureuses... Actuellement, je consulte une psychologue, et je n'ai plus eu de contact avec mon père depuis quelques mois... Mais je sais qu'à chaque contact le "problème" va se reposer... Je ne suis plus capable de faire une quelconque "comédie" avec lui, je n'en ai plus ni l'envie ni l'énergie... Je suis en train de me demander s'il ne serait pas préférable pour moi de couper définitivement les ponts avec lui... C'est très dur car mes parents sont encore mariés, et je pense que cela va m'éloigner de ma mère, et que c'est faire une croix sur une certaine "vie" familiale, avec ses moments plus ou moins tolérables... Y en a-t-il parmi vous qui ont eu des vécus similaires? Cela m'aiderait beaucoup à garder espoir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      j'ai 35 ans. Et je suis dans la même situation. j'ai coupé les ponts avec mes parents, il y a un mois. Je sais qu'au passage, je fais exploser notre sacro-sainte famille, mais pour moi c'était vitale pour me protéger. Comme vous, je n'arrivais plus à faire la comédie, à maintenir les faux semblants, plus la force, plus l'envie. Oui, cela s'accompagne d'une grande douleur car mes parents sont très liés et ma mère est sous l'emprise de mon père, elle ne peut donc pas comprendre. Mais j'ai fait le choix de la survie, j'ai pensé à moi et non à ma mère, c'est vitale... Je reverrai ma mère seule quand je le sentirais, mais les moments avec mes parents ou réunie en famille avec mes trois frères, je fais une croix dessus. Seul l'un de mes frères me comprend et me soutient. Du coup, l'incompréhension partagé par les autres membres de la famille fragilise les liens avec mes deux autres frères et les futurs liens avec ma mère d'autant que mon père tente de façon subtile de les retourner contre moi. On verra s'il arrive à ses fins. Mais ce qui est sûr c'est que la relation avec ma mère n'a plus de sens en la présence de mon père. Couper avec mes parents et renouer avec elle seule, c'est le seul moyen de donner une chance à la relation avec ma mère. Je prends un gros risque mais j'ai du mal à croire que ma mère pourrait en arriver à sacrifier notre relation pour le bon plaisir de mon père... De même, que j'ai l'espoir que mes deux autres frères sauront respecter mon choix et garder un lien avec moi,; en tout cas, je leur tend des perches, après c'est à eux de se positionner. C'est difficile d'être incomprise et de passer pour un crève cœur: Il s'agit de ne pas se laisser enfermer dans cette place que mon père voudrait me faire occuper. Pour cela, il faut témoigner de son affection aux autres et ne pas leur imposer une vision de la famille et de leur père qu'ils n'ont pas; c'est à eux de faire le travail de le démasquer, sinon j'attaque leur lien à leur père et ça, il pourrait ne pas me le pardonner. Il importe de respecter leur lien avec leur père et de respecter le lien de ma mère avec son mari; ça, ça les regarde, je ne peux y toucher. En revanche, il s'agit de créer des relations individuelles avec les uns et les autres....
      Bon courage; Tenez-moi au courant. Pensez-à-vous d'abord!
      C.

      Supprimer
    2. Bonjour anonyme, j'ai 33 ans j'ai toujours su qu'il y avait un malaise à la maison comme toi, je savais que ça venait de mon père et le terme de PN est tombé par mon médecin généraliste il y a 15 mois quand ma mère était au bout du rouleau j'ai réussi à la convaincre de fuir et de divorcer. Cela fait 10 mois qu'on habite toutes les deux. Dur de se construire une vie et des moments heureux car mon frère qui a 34 ans et également un PN; nous avons aussi coupé les ponts avec lui moi il y a 11 ans et ma mère il y a 10 mois au moment du prononcé du divorce et de la fuite ! c'est le seul moyen de s'en sortir et là nous allons rencontrer une psychologue pour la première fois car après 35 ans de mariage avec ce PN c'est très difficile pour ma mère de sortie de son emprise psychologique même si nous n'avons plus de contact. C'est notre dernier recours car moi je ne sais plus comment l'aider; nous sommes toutes les deux au RSA; et si l'aide psy ne fonctionne pas seul le suicide sera notre échappatoire pour trouver la paix...

      Supprimer
  13. J'ai vécu presque deux ans avec ses être qui sont dans la psychose. Je devenais irritable, je faisais des crises d'hystérie et aussi de réactions paranoïaques. Elle était très enfantins, elles me faisait rire et je la faisait rire. Elle riait encore et moi de moins en moins. j'ai commencé par me gratter et finir en dépression post traumatique. Maintenant je lutte pour ne pas devenir fou et elle va bien et moi je souffre, il m'a dépersonnalisé. Je suis dépressif et j'avais un sentiment de culpabilité sortie de la relation. Ils installent des liens fusionnels pour que vous deveniez dépendant afféctif. Même si ils sont drôle, cela ne veut rien dire. Ils peuvent passez pour hypersensible.

    RépondreSupprimer
  14. Bonjour,

    Cela fait 10 ans que j'aime un manipulateur,je lui ai tout donné, jai consacré ma vie qu'à lui, je ne vivais qu'à travers lui, il m'a trompé , j'ai pardonné, me remettant en question, j'ai vraiment cru qu'il m'aimait, mais en fait, il n'en voulait qu'à mon argent, il m'a vidé financièrement, physiquement, psychologiquement, j'ai été une proie facile car j'ai perdu mes soeurs , elles sont décédées, et je me suis accrochée à cette dépendance affectif, il est adorable, affectueux, serviable... mais me détruisait en me volant mon argent, je dormais avec mon sac à main, mais il réussissait à prendre ma carte bleu, se servir et remonter le matin, avec des croissants, (puis remettre ma carte B) pendant que j'étais occupée, ce serait trop long de tout expliqué en détail... car j'ai vécu trop de choses douloureures, j'ai un manque de confiance en moi.. je suis , jétais , une fille pleine de vie, serviable, entière surtout, je l'ai aidé épaulé, dans toutes ses difficultés, mais il n'en avait jamais assez. il y a un moi environ, un fille m'a appelé pour me dire qu'elle était sa copine depuis 2 ans... il a niait, puis ensuite m'a dit, c'est la vie, on trompe et on jette. j'ai rencontré cette fille, je lui ai parlé de lui, elle avait du mal a croire que nous parlions de la même personne, et pourtant... pareil, il a a soutiré de l'argent, et cet argent, ni elle ni moi ne pourrons le récupérer. elle s'en est rendu compte vite, mais moi au bout de 10 ans, j'ai tout perdu, je travaille pour payer des crédits, (je n'ai jamais utilisé cet argent, ) c'est juste lui, pour jouer au casino... aujourd'hui, mon salaire arrive sur le découvert, je n'ai pas de logement, je vie chez lui, je ne peux pas me payer un loyer, donc, je reste dans l'appartement, (lui est en voyage, il s'est sauvé après la découverte de cette tromperie) , je suis une chose, je ne suis rien d'autre, j'ai un beau métier, on m'apprécie beaucoup, je n'ai jamais eu de problèmes particulier avec mon environnement. mais avec lui je suis devenue hystérique, me disait que je suis folle, invivable. mais quant on travaille , et que la banque vous appelle pour vous informer d'un découvert de 4800 euros, alors que vosu vous privez ? comment ne pas devenir hystérique... Aujourd'hui, je ne sais plus où j'en suis. je ne pleure plus, je m'occupe au travail, et je tarde à rentrer dans cet appartement où tout me rappelle sa présence. Monsieur avait une double vie, pour assurer ses arrières, comme je n'ai plus d'argent, il fallait qu'il en trouve une autre pour rebondir ensuite, j'ai peur de mon avenir, mais je reste forte car je réalise difficilement. il est la victime , c'est moi la coupable, car je suis hystérique d'après lui, c'est ainsi qu'il pense ... aidez moi, où aller ? que faire ?

    RépondreSupprimer
  15. Bonjour,

    J'ai vécu avec un PN pendant 2 ans et demi. On s'est séparés maintes fois mais je suis toujours revenue vers lui, totalement dépendante de lui affectivement. Il m'a totalement détruite à l'intérieur. J'ai subi les critiques, les insultes, les humiliations, les mensonges... Et là je n'en peux plus, je ne veux plus retourner vers lui, il m'a fait trop de mal. Mais je ne sais pas comment surmonter cette douleur horrible dans mon coeur qui ne me quitte pas une seconde. Je n'ai plus aucun appétit et ne dors quasiment plus. J'ai envie de rien, ne veux voir personne. Je n'ai jamais vécu pour moi, mon seul plaisir dans la vie est de faire plaisir, de vivre totalement pour la personne que j'aime. Mais là je n'ai plus confiance, je ne crois plus en l'amour et en les hommes, je me sens tellement mal.
    Merci de m'avoir lu, ça me fait du bien de savoir que je ne suis pas la seule à souffrir, bon courage à vous tous.

    RépondreSupprimer
  16. je compatis pour vous; si vous restez proche de personnes sur qui vous comptez, la douleur s'estompera car vous avez deja pris connaissance de la situation, ....mais j aimerais quand meme ajouter que tant les problèmes sont d abord financiers, il est plus facile d oublier, en vous souhaitant un enorme courage

    RépondreSupprimer
  17. Bonjour,
    J'ai passé 20 ans avec un PN (mon ex mari).... Et moi aussi je n'ai compris ce qu'il était que quelques mois après avoir réussi à le quitter (en abandonnant tout derrière moi).
    Aujourd'hui, je sais pourquoi je me suis faite enfermée comme ça, et même si ça m'aide à accepter ce qui s'est passé (au bout de 4 ans de séparation), l'idée de le croiser me terrifie.
    Le fait d'avoir des amis qui ne comprennent pas ma répulsion à l'idée de me retrouver dans la même soirée que lui, me mine. Ce que je trouve le plus dur, ce sont les réflexions du genre : "Oh, ben depuis le temps tu pourrais lui pardonner !" (lui pardonner quoi en fait : le harcèlement moral, la dévolarisation permanente, la tromperie, l'escroquerie financière, le sabotage de ma carrière, j'en passe et des pires....), "Tu es parano, il n'est pas si méchant..."
    Alors, je crois que pour se reconstruire, malheureusement, il faut effacer tout un pan, et arrêter de voir certaines personnes.
    Aujourd'hui, j'ai réussi à reconstruire ma vie, j'ai même rencontré un homme gentil et normal (c'est un miracle quotidien comparé à mes 20 ans de calvaire), mais cette histoire pend comme une épée de Damoclès au dessus de ma tête, et j'espère réussir un jour à me débarrasser de cette sensation. Mais, voilà, pour moi, ça fait déjà 4 ans, et l'idée de devoir le croiser me rend toujours aussi malade.....

    RépondreSupprimer
  18. Bonjour,

    Nous sous retrouvons toutes à travers nos histoires, cependant, lorsque l'on a la possibilité de partir, on peut petit à petit se reconstruire, mais quant financièrement, le PN vous ruine , et que vous en pouvez vous sauver, parcequ'il vous faut un logement , et pouvoir continuez à assumer ses journées au bureau, que faire ? qui aujourd'hui, vient vous apporter une gros chègue et vous dit.; voilà, il t'a ruiner, il faut partir, je t'aide ? qui ? quant on a personne , les gens vous ecoute , et puis ? on m'a conseillé d'aller chez une psy , j'ai tout analysé, je me connais très bien, dépendance affective, manque de confiance en soi,ect.. mais on ne peut pas analyser des années , à présent il faut de l'action, mais je n'ai plus de quoi m'alimenter, alors comment fuir ? dans la rue ? sur le trottoir à mendier ? ce logement qui lui appartient, j'y ai vécut des années, sans qu'il ne soit à mon nom, car trop endetté pour payer un loyer, alors il l'a mis le bail a son nom, pour bénéficier du RSA . Tout est calculé dans sa tête.. et je suis donc en otage.. je suis comme un escargot à qui ont a coupé les cornes , j'ignore vers qui m'orienter ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      Il existe sûrement un moyen. Si vous commencez à y réfléchir, c’est bon signe ! Peut-être pourriez vous vous tourner vers une assistante sociale, une permanence juridique gratuite, ou bien une association pour femmes battues. S’ils ne peuvent pas directement vous aider, ils pourront peut-être vous orienter vers les bonnes personnes. Et vous aider à trouver une solution.

      Supprimer
  19. Bonjour à toutes et à tous.
    Je voulais vous donner un message d’espoir, parce que la vie ne s’arrête pas avec les PN. Soyez certains que vous avez tous suffisamment de ressources pour être autonomes et heureux sans eux. Vous n’avez pas besoin d’eux, c’est eux qui ont besoin de vous.
    J’ai eu une relation de quelques mois avec un PN. Je n’entrerais pas dans les détails. C’est toujours la même histoire. Je savais que quelque chose clochait, mais impossible de trouver quoi. Finalement, j’ai compris que j’avais affaire à un PN, et après le lui avoir dit j’ai mis un terme à cette relation, dans une souffrance indescriptible, que vous connaissez vous aussi.
    J’ai rapidement commencé une thérapie cognitive parce que je savais que je ne m’en sortirais pas toute seule. J’ai déménagé, j’ai évité consciencieusement certaines personnes. Et aujourd’hui, après un an de rupture totale, je vais beaucoup mieux. Mon psy m’avait dit que l’on pouvait guérir plus rapidement si l’on mettait quelque chose en place, et il avait raison. Sans aucun traitement, juste en faisant de gros efforts pour sortir de mes vieux schémas, je m’en suis sortie.
    Depuis quelques jours, je me rends compte que je n’y pense presque plus. Un véritable miracle parce que j’y pensais du lever au coucher depuis des mois. Je respire enfin. Plus de culpabilité, plus de colère, plus de honte. La terreur de le rencontrer s’est envolée. C’est presque si tout cela n’était pas arrivé, un vague souvenir. Il m’a contactée 5 fois depuis la rupture pour me servir la même soupe indigeste et toxique. Aujourd’hui ça ne me fait plus rien. Je ne lui ai pas pardonné, je n’ai pas oublié ce qu’il m’a fait, mais cela ne me fait plus souffrir. Je peux enfin être moi, libre de profiter de la vie, et heureuse avec les personnes qui m’entourent.
    Force et courage à vous, parce que vous méritez bien mieux que ces éteignoirs de joie de vivre.

    RépondreSupprimer
  20. je cherche de l'aide je sais pas si mon copain est un PN alors je vais vous décrire ce que je vis et vous me diré ce que vous en pensé. on est ensemble depuis 3 ans au début c'était le prince charmant avec plein d'intention, des fleurs et des mots doux.1 an apres on a eu notre fils et depuis je marche sur des œufs, sa a commencer doucement, il ma coupé de ma meilleure amie et ne supporte pas ma famille. quand je veut parler de moi il me coupe la parole pour parler que de lui, donc les long trajets en voiture il parle tout le temps et je n'ai pas le droit de causer.quand on s'engueule j'ai toujours tord meme si je sais que ces vrai il dira que no.il me gueule dessu pour des choses que j'ai faite ou que j'ai pas fait et quand j'ai le malheure de lui dire que lui il fait la meme chose ces faux et sa fini par"ferme te gueule" en ce moment je travail pas donc il veut que tout soit parfait a la maison et quand j'ai oublier juste un petit truc je m'enprend plein la tete.souvent pendant qu'i m'engueule pour une chose anodin la discussion dévie souvent sur ma famille.par exemple quand notre fils revien de 2 ou 3 jours chez mes parents et qu'il fait une bétise mon copain dit que ces la faute de mes parents apres il les critiques. deux autre exemple le soir apres le boulot il monte a l'etage pour allé sur l'ordi et quand je monte avec mon fils on se fait envoyer chier car notre fils joue et fait du bruit alors un jour avant de monter je lui est demander si sa le dérangai qu'on mont? il a crié en me répondant pourquoi tu demande tu fait ce que tu veut! un autre la journe je laisse les carton a mettre dans la poubelle jaune dans un coin de la cuisine comme sa le soir je fait qu'un allé retour sa lui plait pas et me le fait bien comprendre la derniere foi il passe a cotté des carton et en fait tomber j'ai eu peur qu'il crie alors tout de suite je me suis excusé. le pire ces que des foi il cri sur notre fils car il est fatigué de sa journée et quand il fait sa sieste faut surtout pas le reveillé car on en prend pour notre grade. voila alors aidé moi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, mon ex (pn) était pareil. Il critique tout et tout le monde. Il est incapable de sentiments, d empathie. Quand je pleurais, il allait faire la sieste. Si je manifestais mon désaccord, il criait. Chaque crise était devenue déplus en plus forte et méchante... Me disant que si ses paroles m affectaient c est a cause de mon manque de confiance en moi. Il existe un test de 30questions sur le net. Bon courage. Partez cela vaut mieux pour vous et surtout pour votre fils

      Supprimer
    2. Tu es dans une relation toxique, ça ressemble à mon vécu et la violence physique ne semble pas loin. Je te conseille un forum. http://forum.psychologies.com/psychologiescom/Changer-sa-vie/reperer-pervers-narcissique-sujet_416_1.htm

      Tu trouveras aide et conseil.

      Supprimer
  21. Il y a 1 an et demi, periode où j'étais très perturbée, plusieurs amis ou collègues décédés, sentiment de solitude, ras le bol au niveau de mon travail, j'ai retrouvé un ami d'enfance dont je me rappelais la douceur et la tendresse. J'ai quitté mon mari, mon travail, ma région. Il est venu me chercher et m'a emmené en Corse, ile de Beauté magnifique. Au départ il était très amoureux, calin, tendre exactement comme j'imaginais un conjoint, j'ai cru avoir trouvé mon ame soeur ! Au bout de quelques jours déjà en habitant avec lui j'ai eu droit à des "jugements" sur mes actions, mes paroles. Les week end avec lui étaient compliqués, on ne sortait pas, il oscillait entre reproches et gros calins. J'ai pensé que c'était une période de " connaissance" et que cela allait se calmer. Enfin au fur et à mesure du temps je suis devenue accro à lui, sous sa dépendance financière et il m'a coupé de ma fille. Il commencait par me faire des reproches puis quand je m’enervais il disait que c'est moi qui l'agressait que je ne me vengeais de la distance morale que m'imposait ma fille sur lui, il pouvait se mettre à l'écart, s'isoler pendant des heures et quand je lui demandais si on faisait quelque chose il me disait que je le dérangeais, que je n'avais pas de respect pour lui. Il était toujours épuisé et fumait des joints toute la journée le week end.Il m'a dit aussi qu'il ne pouvait plus m'embrasser car cela lui donnait des aphtes, que j'avais grossie,(ce qui est vrai avec le stress) quand je voulais le toucher je lui faisait mal, je m'y prenais mal, j'étais trop brusque, je faisais du bruit en vidant la vaisselle, en vidant le lave vaisselle. Je ne savais plus quoi faire ni en paroles ni en actions ! Sinon il m'emmenais manger dans de bons restaurants, surtout au début, il m'achetait des vêtements car il disait que j'étais habillée trop classique, nous sortions nous promener mais seulement quand il le voulait et où il voulait. Tous les jours je me sentais mal, paniquée car je ne savais plus quoi dire ou faire pour lui plaire et de toute façon il partait en vrille pour un rien.
    Je me sentais isolée en Corse sans famille, sans argent et sans force pour partir, de plus toujours très amoureuse de lui et encore aujourd'hui. Je suis partie il y a un mois environ grace à l aide d'amis que je me suis fait sur place et qui m'ont aidé moralement et financièrement. Je vis aujourd'hui chez ma mère mais suis toujours très amoureuse de lui, il me manque. Je lui ai dit que je le quittais à cause des disputes incessantes et de ses reproches, lui dit que c'est à cause de ma fille que je l'abonne. Il est la victime, il m'a tout donné et moi je ne suis jamais contente. J'ai mis du temps à comprendre que j'étais sa victime. Je suis détruite, je n'ai plus de travail, plus de maison, ma fille reste distante; je n'ai plus aucun projet et je me bats tous les jours contre mon envie de l'appeler, de le rejoindre pour me sentir mieux, alors que je sais très bien que mon retour sera la descente aux enfers à nouveau. J'essaie de tenir le coup, Je suis encore dans le déni par moment, merci de me confirmer que j'ai bien eu à faire à un pervers narcissique car j'ai encore beaucoup de mal à le croire même si beaucoup de ce que je lis sur ce blog me le confirme merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bonjour je suis la personne qui a écrit le commentaire juste avant. je voudrai te répondre car je vos qu'ici on nous repond pas bocou. je pense que oui tu a eu affaire a un PN et ces tres bien que tu l'ai quitter il faut que tu tienne le coup et ne pas retourner le voir. ces gens la sont tres toxique au debut ils nous voire la vie en rose avec cado petite intention et petit a petit sa change . je pense que le plus dure avec ces gens la ces qu'ils sont capable de te faire croire que tu est geniale, spéciale et 10 seconde apres si tu a dit un truc qui leur a pas plus, il te rabesse comme un chien et le pire ces qu'ils sont capable de te faire croire que ces de ta faute si il te parle comme sa. a la fin tu marche sur des œufs et tu fait attention a tout ce que tu dit et tout ce que tu fait. donc si tu a reussi a le quitter ces tres bien et dit toi que meme si tu la aimer, lui il ne ta pas aimer car faire souffrire une personne ce n'est pas dans le terme aimer. et tu retrouvera un homme qui saura t'aimer mais dabord reprend confiance en toi

      Supprimer
  22. Le pervers narcissique est il capable d'être un amant exceptionnel puis d'un coup dit ne plus pouvoir vous embrasser, vous faire des calins ou alors dire qu'il ne peut commencer les relations sexuelles, et reste immobile avec un minimum de caresses et puis peut redevenir "normal" mais jamais comme au début et puis ensuite redire ne plus pouvoir vous toucher avoir un blocage ?

    RépondreSupprimer
  23. Est il normal selon vous que le PN avec lequel j'ai rompu tout contact depuis pratiquement 1 an, reste dans mes pensées quasi quotidiennes ? arriverai je un jour à oublier cette aventure d'environ 3ans ?
    Répondre

    RépondreSupprimer
  24. Je viens de lire le commentaire de Jean-Claude. Mon histoire glauque tout comme la votre et mes souffrances atroces seront passées sous silence. Vos propos Jean-Claude m'ont apporté un peu de réconfort surtout quand vous dites "il faut se convaincre que c'aurait été mille fois pire avec que sans". C'est une phrase dont je me souviendrai et que je martèlerai les jours/nuits où la douleur deviendra quasi insupportable. J'ai beaucoup cherché dans les blogs des paroles "pansement", je pense que les vôtres vont bien m'aider. Merci Jean-Claude et j'espère que pour vous, tout rentre dans l'ordre à présent.

    RépondreSupprimer
  25. Moi j ai 14 ans mes parents sont séparés mon père est un PN sa fait plus d'un mois que je le sais mais avant je refusais de le croire. Il est tard je n arrive pas à dormir, si quelqu'un a vécu la même chose que moi pouvez-vous m aider svp

    RépondreSupprimer
  26. Hello anonyme du 31 janvier, je suis moi-même fille d'un pn et je suis aussi passée par ce stade de "déni". Tu verras que petit à petit tes yeux s'ouvrirons sur ses techniques perverses de manipulation et que tu pourra t'en détacher. Personnellement, j'ai à peu près "fait mon deuil" de la relation possible avec mon père, même si c'est encore difficile, en sachant que mes parents sont encore mariés mais séparés et que mon père vient une fois par semaine en essayant de créer un "lien" (qui irait de toute façon dans un seul sens). C'est assez ironique en sachant que j'ai passé 4 ans à essayer d'en créer un avec lui, et de me rapprocher en vain. Maintenant les rôles sont inversés…
    J'ai malgré tout réussi à me construire grâce au reste de ma famille et surtout à mes amis qui m'ont grandement aidée à évoluer et sortir de mes "schémas négatifs". Je ne sais pas ce que je serrais devenue sans eux. Si tu veux un conseil, parle en à quelqu'un d'externe qui puisse te comprendre (on est pas toujours très bien comprises si on en parle aux gens qui sont aussi touchés par les manipulations du pn, ils sont parfois dans un déni total). Une chose est sûre: tu n'est pas seule et ce que tu ressens, tu a le droit de le ressentir. Tu as le droit d'être toi, tel que tu es et tant pis si cela ne plait pas aux autres, c'est ta vie, c'est toi qui la gère. J'espère t'avoir un peu aidée, et te souhaite de la joie et du bonheur.

    RépondreSupprimer
  27. Merci tu ma beaucoup aidé j parlé longtemps sur ce sujet à mon meilleur ami et ma meilleur amie. J ai aussi fait des recherces et j hésite à en parler à mes soeurs de 12 et 10 ans

    RépondreSupprimer
  28. De rien, ça fait toujours du bien d'en parler ;-)
    C'est à toi de voir pour tes soeurs, si tu pense qu'elles ont assez de maturité pour comprendre (perso c'est à cet âge que j'ai à peu près réalisé le bug) ou simplement partager ton point de vue, tout dépend de ta relation avec celles-ci. Va y comme tu le sens.

    RépondreSupprimer
  29. Bonjour, je m'apelle Marie et j'ai 15ans. Je viens su ce forum car je n'enm'aperçoit de plus en plus que mon pere est un pervers narcissique. Tout à commence en 2011-2013 J'avais 12ans. Ma mère ne supportait plus mon père et est partit elle me répétait qu'il état un pervers narcissique mais je netais qu'une enfant. Ma mère à finit par revenir mais cet ete elle est partit pour de bon. J'ai alors repensée au pervers narcissique et j'ai fait des recherches à ce sujet, toutes mes recherches de pervers narcissique décrivait mon père. Aujourd'hui je me sent tellement mal et j'ai peur. Je ne sais plu quoi penser qui croire.. je pleure casiment tout les cours dans mon lit sans que personne ne sache et je n'en parle à personne. Svp aidez moi

    RépondreSupprimer
  30. Je viens d'identifier ma mère comme perverse narcissique sans l'ombre d'un doute. Je suis sous le choc. Et j'aurais une question encore ont-ils conscience du mal qu'ils font ? Ou cela est-il inconscient ?
    Je pense qu'ils jouissent du contrôle qu'ils exercent et de l'emprise qu'ils maintiennent lorsqu'ils humilient et écrasent avec tant de violence, mais prennent-ils du plaisir à voir souffrir ? Je n'ai pas trouvé de réponse claire à ce sujet. Ni de test.
    Une réponse serait la bienvenue, histoire de minimiser sans doute. Mais je ne suis pas dans le déni.

    Je ne suis hélas plus jeune. Vous avez de la chance d'avoir réalisé très tôt car vous aurez le temps de vous reconstruire. Et je n'ai pas non plus de moyens financiers pour fuir au plus vite...

    C'est terrible. Une simple réponse m'aiderait. Merci.

    RépondreSupprimer
  31. Anonyme du 1 mai 2014
    je pense et j’espère très fort que c'est un comportement inconscient voir maladif , je pense aussi que mon père est un pn , il me fait penser a un enfant capricieux alors c'est peut etre du au passé de nos parent en tout cas courage et tient le coup!

    RépondreSupprimer
  32. Je m’appelle Pascal Saint-Pierre et Patrice mon frère jumeau. Nous sommes amis avec le pédophile Jean Angers de Beauport (Saint-Pie X) de Québec. Il va chaque année aux Remparts.

    En asile à vie :

    Premièrement, nous voulons un bon repas chaud par jour

    Deuxièmement, nous voulons un bon verre de vin rouge

    Troisièmement, nous voulons un gant pour nous masturber quotidiennement avec une revue de Scoreland de notre ville préférée à nous et Anne-Marie Losique qui est Miami.


    RépondreSupprimer
  33. peut-on parler d'un pervers narcissique lors d'une situation de très courte durée ?

    RépondreSupprimer
  34. J'ai été avec une perverse narcissique prendant 3 ans, il y a environ 4 mois qu'ai réalisé ce qu'elle était vraiment, ou plutot j'ai pu mettre un mot sur ce qui clochait, une de mes nombreuses questions est: comment oublier 3 ans avec une supposé fantome qui nous aimait pas, une rupture normal au moins on savait que l'autre nous aimait mais dans ce cas-ci on doit retrousser ses manches 2 fois plus puisqu'on ce sent perdu...car on ne s'est pas fait aimé? ce n'est pas de l'amour, et mon amour propre est blessé...contrairement a beaucoup j'ai rarement cru au défauts qu'elle me remettais sur le dos, j'ai toujours pensé qu'elle était folle tout en l'aimant et voulant que son bien, peut-être que le fait de ne jamais avoir cru à ses reproches va m'aider? bien sur que j'ai été blesséé souvent!! mais je sais ce que je vaut et je crois que ça elle ne l'a jamais accepté, j'étais convaincu que le probleme ne venait pas de moi, mais bien d'elle j'ai été rencontrer un psycholgue pour couple elle n'a jamais voulu venir avec moi, je faisait tout pour esssayer de l'aider, je comprend aujourdhui qu'il ne le voit pas, ou plutot il enfoui tout ça bien profondemment dans leur inscoscient

    RépondreSupprimer